Line

Tarif mutuelle santé

Tout d’abord il faut bien faire la différence en le calcul du tarif d’une mutuelle individuelle et celui d’une mutuelle d’entreprise.

Comment est calculé le tarif d’une mutuelle ?

1. La mutuelle individuelle :
L’élaboration d’un tarif mutuelle individuelle est laissée à l’appréciation de chaque organisme mutualiste. Il n’existe donc pas une règle commune applicable à tous. Cependant, dans la plupart du temps les personnes chargées de la tarification des garanties vont se baser sur :
– L’âge du souscripteur et des bénéficiaires ;
L’âge retenu peut l’être de trois façons, la plus utilisée est celle dite du millésime (on ne retient que l’année de naissance sans tenir compte de la date exacte) ainsi une personne née en avril 1962 aura la même cotisation que celle née en novembre 1962. La seconde méthode est celle des tranches d’âge, par exemple on détermine un même tarif mutuelle pour les 20 – 25 ans, 25 – 30 ans, 30 -35 ans… L’inconvénient de ce système consiste à avoir une augmentation relativement importante lorsque l’adhèrent change de tranche d’âge. La dernière méthode est celle dite de la date anniversaire c’est-à-dire que l’on se base sur la date réelle de naissance pour déterminer l’âge à prendre en considération.
– Le lieu de résidence ;
Quelques mutuelles pratiquent encore une politique de tarif identique quel que soit le lieu de résidence principale sur le territoire métropolitain. Les autres ont recours à un zonier personnel qui peut être régional ou départemental ; en clair : on ne paiera pas forcément la même cotisation, à garanties égales, à Paris, Alençon, Lyon ou Montpellier.
– La composition familiale ;
Les tarificateurs peuvent tenir compte des situations suivantes : célibataire ou adulte isolé, adulte + un enfant, famille à partir de deux adultes (avec ou sans enfant). Le nombre d’enfants cotisant est souvent limité à deux c’est-à-dire qu’une famille avec 3 enfants ou plus aura une cotisation identique à une famille avec 2 enfants.

– La profession du souscripteur ;
Ce critère n’est pas forcément pris en compte par les mutuelles, par contre les compagnies d’assurances le retiennent. Des remises tarifaires sont accordées par exemple aux artisans, commerçants, professions libérales, exploitants agricoles, professions médicales.
– Le niveau de la garantie ;
Plus on choisit une garantie élevée avec des pourcentages ou forfaits importants, plus la cotisation sera onéreuse.
– Les services annexes ;
Même s’ils sont généralement englobés dans le tarif mutuelle, les services comme la télétransmission, la carte de tiers payant, l’assistance ont un coût que les organismes intègrent dans la cotisation.
– Les frais et taxes
De 2004 à 2010 les « contrats responsables » étaient exonérés de taxes. Le gouvernent Fillon les a de nouveau re-taxés à hauteur de 7% (TSCA). Il faut également tenir compte du financement de la CMU complémentaire et de l’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé (6,27%). Les organismes tiennent également compte des frais de gestion et de commercialisation des contrats.
2. La mutuelle d’entreprise :
Sont retenus comme critères : l’âge moyen du collège à assurer, le niveau de garantie choisit, la composition familiale (dite individuelle si la garantie ne couvre que le salarié, dite familiale si elle couvre également ses ayant-droits). Les cotisations sont souvent exprimées en pourcentage du plafond mensuel de la sécurité sociale.